tituber


tituber

tituber [ titybe ] v. intr. <conjug. : 1>
• 1446, rare av. fin XVIIIe; lat. titubare
Vaciller sur ses jambes, aller de droite et de gauche en marchant. chanceler. Un ivrogne, un malade qui titube. « il tituberait jusqu'à son lit et s'y laisserait tomber » (Sartre).

tituber verbe intransitif (latin titubare) Chanceler, vaciller sur ses jambes : Un ivrogne qui titube.tituber (synonymes) verbe intransitif (latin titubare) Chanceler, vaciller sur ses jambes
Synonymes :

tituber
v. intr. Marcher en chancelant. Tituber de fatigue. Syn. (Acadie) tricoler.

⇒TITUBER, verbe intrans.
A. — [Le suj. désigne un être vivant] Vaciller, chanceler sur ses jambes ou sur ses pattes. Ivrogne, malade qui titube. De temps en temps, il y avait de grandes rafales qui faisaient envoler les bonnets et tituber les passants ivres, et alors la pluie tombait plus dure, plus torrentielle et fouettait comme grêle (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 9). On voyait, derrière une vitre, des cailles, à l'œil mi-clos, à la plume hérissée qui, titubant sur leurs petites pattes, attendaient qu'une énorme main ouvrît sournoisement la porte de la cage, se coulât dans leur direction (CARCO, Nostalgie Paris, 1941, p. 43).
Rem. L'empl. méton. (le suj. n'est plus un être vivant mais les membres inférieurs de celui-ci) semble peu correct: Le front penché comme celui d'un bœuf quand le soc de la charrue a rencontré une pierre, Thamar, dont les jambes titubaient, sortit du palais (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 317).
Au fig. Avancer, procéder de façon incertaine, mal assurée; hésiter. Le soi cherche ses complémentaires et ses pairs. Là où le moi, tout empêtré, tout encombré de fantômes, titube, trébuche, s'égare, revient sur ses pas, se contredit, le soi affirme et va droit devant lui (L. DAUDET, Hérédo, 1916, p. 163). Voilà, sur un point assez précis [le langage], un exemple des rêveries en lesquelles le non-philosophe que je suis peut parfois s'engager, titubant entre l'art d'écrire et l'algèbre, parfois entre la logique et la philologie (VALÉRY, Lettres à qq.-uns, 1945, p. 165).
B. — [Le suj. désigne une chose] Aller de droite et de gauche, se balancer. Elle arrivait de toute sa vitesse. Par-dessus la première file de mitrailleurs couchés, la seconde commença à tirer et les tanks à tituber sauf quatre, qui dépassèrent Pepe, et foncèrent sur sa seconde ligne (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 737).
P. métaph. Au fond, les idées de cet archéologue [Didron] titubent. Il subordonne le principal aux accessoires (HUYSMANS, Cathédr., 1898, p. 237). Mes réponses titubant dans l'obscurité mentale où je me trouvais ne devinrent distinctes que pour dire que je n'étais pas bien ce soir (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 425).
Prononc. et Orth.:[titybe], (il) titube [-tyb]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1466-67 fig. « chanceler, hésiter » (Ovide moralisé en prose, éd. C. De Boer, p. 219); ca 1590 part. prés. adj. (MONTAIGNE, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 509); 2. 1468 [impr. XVIe s.] « aller de droite à gauche en marchant » ([GUILLAUME FILLASTRE], La Thoison d'or, vol. II, f° 168 v° ds GDF. Compl.); ca 1590 part. prés. adj. yvroigne titubant (MONTAIGNE, op. cit., III, 9, p. 964). Empr. au lat. titubare « chanceler », fig. « être hésitant ». Fréq. abs. littér.:94.
DÉR. Titubement, subst. masc. Synon. de titubation. Puis il songea à manger et comme la forêt ne lui offrait pas de suffisantes ressources il gagna la plaine herbue d'où les alouettes, par intervalles, semblaient jaillir comme des jets de joie, pour, dans une sorte de titubement ascendant, gagner le ciel, qu'elles emplissaient de leurs roulades, et retomber ivres d'azur (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 45). []. 1re attest. 1899 fig. « hésitation » (D'ESPARBÈS, Demi-soldes, p. 304); de tituber, suff. -(e)ment1.

tituber [titybe] v. intr.
ÉTYM. 1466; rare av. XVIIIe; lat. titubare « chanceler; être hésitant ».
1 Vaciller sur ses jambes, aller de droite et de gauche en marchant. Chanceler, vaciller. || Un ivrogne, un malade qui titube. || Tituber de fatigue.
1 Nous voyant tituber sur le pont à la manière d'un homme ivre, le capitaine crut devoir nous dire, pour nous rassurer sans doute : « Un temps superbe » !
Th. Gautier, Voyage en Russie, V.
Avec un complément de lieu :
2 Il jetterait ses vêtements en désordre, il tituberait jusqu'à son lit et s'y laisserait tomber.
Sartre, l'Âge de raison, XVIII.
3 (…) le grand air, le soleil m'étourdissaient, je titubais.
S. de Beauvoir, la Force de l'âge, p. 302.
2 Fig., littér. Se balancer, vaciller (comme une personne qui titube).
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
DÉR. Titubant, titubement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tituber — (ti tu bé) v. n. Terme de médecine. Chanceler debout et en marchant. HISTORIQUE    XVIe s. •   Leur main ne doit tituber ne varier la balance de justice, Hist. de la Tois. d or, t. II, f° 120, dans LACURNE. •   Car quant un peu chopper Me voyent… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TITUBER — v. intr. Chanceler en se tenant debout, en marchant. Cet ivrogne s’avançait en titubant …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tituber — vi. => Ballotter, Chanceler, Tourner …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • brañskellat — tituber …   Dictionnaire Breton-Français

  • tanguer — [ tɑ̃ge ] v. intr. <conjug. : 1> • 1643; tangueur 1611; p. ê. de l a. nord. tangi « pointe »; cf. a. fr. tangre ♦ Se balancer par un mouvement de tangage (bateau). Navire qui roule et qui tangue. Ça tangue ! ♢ Par ext. Remuer par un… …   Encyclopédie Universelle

  • FATIGUE — Le terme de fatigue désigne à la fois un sentiment vécu, n’apparaissant qu’à travers le récit personnel de celui qui l’a ressenti, et un ensemble de signes notés et enregistrés par un observateur impartial. Cette dualité permet d’opposer la… …   Encyclopédie Universelle

  • chanceler — [ ʃɑ̃s(ə)le ] v. intr. <conjug. : 4> • 1080; lat. cancellare « clore d un treillis »; évolution de sens obsc. 1 ♦ Vaciller sur sa base, pencher de côté et d autre en menaçant de tomber. ⇒ flageoler, tituber, trébucher, vaciller. Il… …   Encyclopédie Universelle

  • titubant — titubant, ante [ titybɑ̃, ɑ̃t ] adj. • XVIe; de tituber ♦ Qui titube. ⇒ chancelant, vacillant. Un ivrogne titubant. « Le manège en s arrêtant déversa toute sa troupe titubante » (Aragon). Par ext. Jambes titubantes. Démarche titubante. ● titubant …   Encyclopédie Universelle

  • titubation — ⇒TITUBATION, subst. fém. Fait de tituber; démarche d une personne, mouvement d un animal qui vacille sur ses jambes, sur ses pattes. Synon. titubement, vacillement. Le dos tourné au côté par où venait Adrien Sixte, ils regardaient en riant les… …   Encyclopédie Universelle

  • ivre — [ ivr ] adj. • XIe; lat. ebrius 1 ♦ Qui n est pas dans son état normal, pour avoir trop bu d alcool; qui est saisi d ivresse. ⇒ aviné, enivré, soûl; fam. 1. beurré, blindé, bourré, brindezingue, cuit, cuité, noir, 2. paf, pété, pinté, plein, rond …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.